Archive | mars 2017

Malone et Mattis

Parce que nous ne nous sentions pas une famille complète, nous avons décidé de retenter notre chance et d’essayer d’avoir un troisième enfant. Je me trouvais ambitieuse mais nous avons retenté la nature.

Aprés quelques mois, les règles ne viennent pas, le test est positif…

Des prises de sang, un médecin, une écho de datation…

Deux sacs

« You have twins »

Du bonheur au stress

Du stress au bonheur

On se projète doucement. On parle porte bébés pour jumeaux, réarrangement de chambres…

On se réjouit.

Je fais la prise de sang. Le tri test.

Le 1er août 2016: Le gène de la trisomie 21 apparaît.

Un ou les deux jumeaux ont un risque élevé de trisomie 21.

« Personne ne touchera à mon ventre, à mes bébés. »

Mais nous avons peur. Nous décidons de savoir. A l’échographie suivante, la clarté nuccale du « twin A » est trop épaisse. Le 8 août, le Dr procède à une CVS. Le « twin B » est mal placé, il n’arrive pas à prélever son placenta. Le « twin A » est mieux placé. Il est confirmé positif 2 jours après.

Processus de décision.

On est à 12 semaines.

Après beaucoup de larmes et de nuits blanches pour moi surtout, on a décidé d’interrompre le foetus malade à 13 semaines. Après beaucoup de réflexions, l’idée que mon bébé aie une vie remplie de challenges dès sa naissance dans ce monde finalement assez cruel me paraissait me parait encore vraiement cruel justement, de mettre au monde un enfant moins « aimable » me déchirait. Moi pas de doutes, je l’aimais déjà mais les autres en dehors de chez nous… Ensuite un bébé handicapé demande beaucoup et 4 enfants c’est beaucoup… Comment rester disponible pour les autres enfants? Déjà durant cette période, j’étais moins disponible pour Sacha et Jonas et j’ai vu la différence…

Nous avons décidé de terminer le « twin A ». De l’écrire,  les larmes montent encore.

Le 15 août à 14h07, le coeur de Malone s’est aretté.

Beaucoup de larmes, beaucoup de remises en question. Encore maintenant des larmes.

Le « twin B » est resté, il a grandi. La grossesse multiple s’est transformée en grossesse « normale ». Consultation chez une psychologue. Sage femme très à l’écoute. Beaucoup d’échographies.

A 40 semaines et 4 jours, Mattis est né.

A partir de mi février, des contractions par ci par là sans réelle suite. Beaucoup de fausses alertes.

Le 20 février: Date du terme

Le 23 février: Rendez-vous sage femme. Dilatation zéro

Le 24 février:

Minuit. Des contractions toutes les 15 minutes. A 3h, tout s’arette.

Tout le matin: contractions très douloureuses et plus rien. Difficile de me coucher. Il est postérieur et les contractions sont plus gérables sur les genoux.

15h: Une contraction qui dure 30 minutes. Mon monsieur s’inquiète, apelle l’hopital. On y va. Dans la voiture plus rien. Ensuite des contractions douloureuses mais espacées. Le coeur du bébé bat un peu vite. On me met une perfusion pour l’hydrater.

17h45: Téléphone avec Sacha et Jonas. Je les embrasse. On leur explique que le bébé va sortir.

18h: Contrôle du col. Il est ouvert à 8 cm. « Et ma péridurale??? » Je fonds en larmes. On me donne les antibiotiques pour le GBS. On me donne le gaz hilarant. Mon monsieur me masse à chaque contraction. La sage femme regarde régulièrement où est la tête. Finalement après beaucoup de cris,  la perte des eaux, du sang partout, toujours sur les genoux, je me tourne, me mets sur le dos (mon corps est fatigué),  les sages femmes me disent: « Listen to your body ». Et un peu plus tard, le bébé sort. Finalement. Il crie. On me le donne. Il est sur moi.

Mattis, né le 24 février 2017 à 19h47.

Peu après, le placenta est sorti lui aussi. Les sages femmes me montrent ce qui pourrait être le sac de Malone. On ne voit pas grand chose. Nous avons mon placenta à la maison et nous devons encore décider quoi en faire.

Malone, 15 août 2016 à 14h07.

Malone et Mattis.

 

 

Publicités