Archive | octobre 2012

Je suis tombée enceinte

Tu tombes de haut, justement. Depuis 3 ans, tu as  soigneusement évité toute grossesse et tout sujet y relatif. Une façon assez efficace finalement de te protéger.

Et soudainement tu « tombes » enceinte.

Tu avais prévu des vacances dans un coin d’Europe exotique, tout au moins en ce qui concerne sa langue. Tu avais prévu de partir sac aux dos. Tu as une dizaine de jours avant le départ pour ne pas sombrer dans la paranoïa tout en te renseignant quand même sur les potentielles maladies. Tu avais entendu parler de la toxoplasmose (tu es immunisée), tu lis sur des sites français qu’il y a la listeria. Tu pars dans un des nombreux pays maîtres de la feta sur tous les aliments et à toutes les sauces et tu ne peux pas y toucher (il n’est pas écrit ou que ce soit dans une langue compréhensible que le fromage (ou le lait utilisé) a été pasteurisé). Enfin, tu gères et tu es heureuse. Mais pour la première fois de ta vie, tu trouves que 3 semaines de vacances c’est trop long et tu es contente de rentrer.  

Tu rentres et ton amoureux repart direct en France pour le travail.

Tu vas chez le médecin, il te montre ton bébé, tu pleures, tu es incroyablement heureuse et, encore, tu mesures le bonheur qui est le tien et tu oublies de lui poser les questions que tu voulais lui poser, car tu es émue et ton amoureux est toujours en France.

Mais après, tu es seule, et tu es fatiguée, tu commences à avoir des nausées, à avoir mal à la tête. Ta sœur, la seule personne en dehors de ton amoureux au courant de ta grossesse, se trouve être indisponible.

Et là, aussi incroyable que cela puisse paraître, tu déprimes.

Tu es seule, face à un corps que tu ne comprends pas, face à une situation que tu as occultée durant les 3 dernières années de ta vie.

La suite se stabilise, ton monsieur rentre, s’occupe de toi, tu vois une vieille amie très proche qui vient d’emménager dans ta ville et elle te parle de ses multiples grossesses, de ses nausées, des vomissements, de comment gérer. Et tu souffles.

Puis tu retournes avec ton amoureux regarder ton bébé et il bouge. Ton monsieur adore ces moments devant cet écran, en redemande. Lorsqu’on y retourne 4 jours après pour réessayer de mesurer la clarté nuccale, tu n’arrives pas à dormir la nuit précédente, tu ne peux pas manger et lui, il respire le bonheur. Il va revoir son bébé bouger et ne comprend pas que tu puisses appréhender un tel moment.

Enfin, tu découvres qu’au lieu de pleurer ce que tu n’as pas, tu as peur de perdre ce que tu as. Tu découvres les angoisses pré-échographie. Tu découvres les attentes entre échographies. Tu découvres l’incertitude, tu es presque soulagée quand tu as des nausées ou que tu vomis car cela veut dire que le processus ne s’est pas arrêté.

Tu es enceinte… 🙂

Publicités

Morgane de toi

Le temps passe, et tu es encore là.

Tu as mis trois ans pour venir mais maintenant tu t’es installé.

Et tu bouges.

Ce matin, nous avons vu ton coeur battre. Nous t’avons vu bouger tes jambes, tes bras. C’est merveilleux.

Merci pour tout ce bonheur tant attendu.